IN THE NEWS

FRONTLINE IN THE NEWS

Sep 25, 2017

 

(français ci-dessous)

As part of Canada’s whole-of-government strategy in response to the crises in Iraq and Syria, and following the liberation of Mosul by Iraqi Security Forces (ISF), the Canadian Armed Forces are now providing advice and assistance to ISF in the area around Hawija, Iraq.

Canada has also sent a small team of Canadian Army engineers to observe ongoing explosive threat training that the ISF are receiving under the North Atlantic Treaty Organization (NATO) Training and Capacity Building – Iraq mandate. This is the first step in plans for highly-skilled Canadian combat engineers to provide this training to ISF later this fall.

With the liberation of Mosul by ISF, the military coalition’s campaign to degrade and defeat Daesh continues to progress. Coalition allies and partners must remain flexible and adapt to the changing threats. As such, the CAF has continued to shift its contribution to ISF elements involved in ridding other Iraqi centers of Daesh’s control.

As outlined in Canada’s new defence policy, the government is dedicated to working with Coalition allies and partners to deter and defeat Daesh. Canada’s contributions to the Global Coalition against Daesh demonstrate Canada’s continued commitment to addressing the threat stemming from terrorist organizations such as Daesh, and respond to the needs of conflict-affected people in Iraq, Syria, Jordan, and Lebanon.

The CAF will continue to support, when required, its ISF partners in Mosul with advice and assistance to defeat the remaining threats left by Daesh.

The CAF continues to provide training to Kurdish forces in Northern Iraq. To date, the Canadian Armed Forces have trained approximately 2450 personnel.

The Canadian Army will provide about a dozen specialized personnel to support the Special Operations Task Force. These personnel will bolster force protection of both Special Operations Forces and ISF by helping to detect, identify and defeat threats. The majority of these members will deploy from the 4th Canadian Division, based in Ontario, and will fall under the command of the Special Operations Task Force.

NATO Training and Capacity Building – Iraq is the training program launched in January, 2017, which has seen NATO advisors in Iraq overseeing training activities and working with Iraqi authorities to reform their security institutions.

Canada continues to contribute existing capabilities, including:

  • Aerial refueling and surveillance capabilities;
  • A tactical airlift detachment;
  • Tactical helicopters;
  • A CAF-led Role 2 medical facility;
  • Training, equipment, advising, and assisting Iraqi security forces; and
  • Support to the Global Coalition with highly-skilled personnel, including intelligence support. 

The recently renewed Op Impact mandate provides CAF with the authority to tailor its contribution to the Global Coalition fight against Daesh and the CAF is constantly seeking opportunities to better adjust its contribution to make it the most relevant to the evolving situation. The extended Op Impact mandate is well-aligned with Canada’s whole-of-government Strategy in the region.

Through the Government of Canada’s whole-of-government strategy, announced in February 2016, Canada is investing $ 2 billion over the course of three years (2016-19) to address security, stabilization, humanitarian and development challenges stemming from the crises in Iraq and Syria and their impacts on Jordan and Lebanon. The Strategy also reinforces Canada’s diplomatic presence in the region to increase our political engagement and help resolve the crises. 


Des militaires des Forces armées canadiennes en mission de conseil et d’assistance auprès d’Irakiens à proximité d’Hawija

Dans le cadre de la stratégie pangouvernementale déployée pour intervenir en réponse aux conflits en Irak et en Syrie, et au lendemain de la libération de Mossoul par les forces de sécurité irakiennes (FSI), les Forces armées canadiennes (FAC) sont actuellement en mission de conseil et d’assistance auprès des membres des FSI aux environs d’Hawija, en Irak.

Par ailleurs, le Canada a envoyé une petite équipe d’ingénieurs de l’Armée canadienne pour observer la formation en matière de menace d’explosion donnée aux FSI dans le cadre de la mission de formation et de renforcement des capacités de l’OTAN en Irak. Il s’agit de la première étape visant à créer les conditions propices pour que les ingénieurs de combats canadiens, hautement qualifiés, prennent la direction des prochaines séances de formation, prévues plus tard cet automne.

Depuis que les FIS ont libéré Mossoul, la campagne de la coalition militaire visant à affaiblir et à vaincre Daech continue d’avancer. Les pays partenaires et alliés de la coalition doivent demeurer flexibles et s’adapter en fonction des menaces en constante évolution. Par conséquent, les FAC se repositionnent continuellement pour être en mesure d’apporter leur soutien aux éléments des FSI qui contribuent à libérer d’autres grands centres irakiens sous le contrôle de Daech.

Comme énoncé dans la nouvelle politique de défense du Canada, le gouvernement est résolu à travailler avec ses partenaires et alliés de la Coalition mondiale contre Daech dans l’objectif d’affaiblir et de vaincre Daech. La contribution du Canada à la Coalition mondiale contre Daech illustre sa volonté de lutter contre la menace que représentent les groupes terroristes comme Daech, et de répondre aux besoins des populations touchées par le conflit en Irak, en Syrie, en Jordanie et au Liban.

Les FAC continueront de soutenir le personnel au besoin avec leur partenaire des FSI à Mossoul pour fournir des conseils et de l’assistance dans l’objectif d’éliminer les dernières menaces laissées par Daech.

Les FAC poursuivent également leur mission de formation auprès des forces kurdes du nord de l’Irak. À ce jour, les Forces armées canadiennes ont formé environ 2 450 militaires.

L’Armée canadienne déploiera une douzaine de militaires spécialisés pour aider la Force opérationnelle spéciale. Ces militaires permettront de renforcer la protection de la force pour les Forces d’opérations spéciales et les FSI en contribuant à détecter, identifier et éliminer les menaces. La majorité d’entre eux appartiennent à la 4e Division du Canada, basée en Ontario, et serviront sous le commandement de la Force opérationnelle spéciale.

La mission de formation et de renforcement des capacités menée par l’OTAN en Irak constitue le programme de formation lancé en janvier 2017 et dans lequel des conseillers de l’OTAN travaillent en Irak pour superviser les activités de formation et pour collaborer avec les autorités irakiennes dans le but de réformer leurs institutions de sécurité.

Le Canada continue de fournir diverses capacités, notamment :

  • capacités de ravitaillement en vol et de surveillance aérienne;
  • détachement de transport aérien tactique;
  • hélicoptères tactiques;
  • installation médicale de rôle 2 dirigée par les FAC;
  • formation, équipement, conseils et assistance pour les forces de sécurité irakiennes;
  • soutien à la Coalition mondiale par l’entremise de personnel hautement qualifié, dans le domaine du soutien du renseignement notamment.

Le mandat récemment renouvelé de l’Op Impact donne aux FAC le pouvoir d’adapter sa contribution à la lutte de la Coalition mondiale contre Daech. Celles-ci sont constamment à la recherche de solutions pour mieux adapter leur contribution pour en assurer la pertinence en fonction de l’évolution de la situation. Le mandat prolongé d’Op Impact est bien aligné à la stratégie pangouvernementale dans cette région.

Dans le cadre de sa stratégie pangouvernementale annoncée en février 2016, le Canada investit deux milliards de dollars sur trois ans (2016-2019) pour s’attaquer aux problèmes relatifs à la sécurité, la stabilisation, l’aide humanitaire et le développement découlant des conflits qui font rage en Irak et en Syrie et à leurs répercussions sur la Jordanie et le Liban. Dans le cadre de sa stratégie, le Canada renforce aussi sa présence diplomatique dans la région afin de faire progresser ses objectifs et son engagement politique pour contribuer à résoudre ces conflits.

RELATED LINKS