FRONTLINE COMMENTARY

OTHER FRONTLINE BLOGS

Response to latest PBO report on CSC
Posted on Feb 24, 2021
|  0 comments

Français ci-dessous

Statement by the Department of National Defence on the Parliamentary Budget Officer’s Report on the Canadian Surface Combatant

February 24, 2021 – Ottawa (Ontario) – National Defence / Canadian Armed Forces

The Department of National Defence (DND) thanks the Office of the Parliamentary Budget Officer (PBO) for its work, and welcomes its report on the Canadian Surface Combatant. Reports such as this one serve a critical role in validating our project costs, while supporting our shared objective of ensuring that the best value is provided to Canadians.

After reviewing the report, we find that the key differences in our cost estimates can be primarily attributed to the PBO including provincial sales tax and the additional emphasis PBO puts on weight-related costing.  

We conducted extensive research to ensure that the selected Type 26 design will provide the Royal Canadian Navy (RCN) with the modern and capable warships it needs to support operations. The design was selected following an open, fair, and transparent competitive procurement process, in which performance against the RCN’s requirements was a key selection criteria. As the PBO noted the other design options that they examined would have “more limited” and “modest” capabilities than our selected design. These reductions would impede the RCN’s ability to execute its assigned roles and missions to keep Canadians safe both at home and abroad.  

While we recognize the differences in our calculations, we are confident in our current estimate of $56 billion to $60 billion (before taxes). This accurately reflects the value of this project, and is based on our detailed costing model and ongoing work with industry. As we adapt the design to meet the needs of the RCN and confirm more details related to the ship’s combat and support systems, we gain greater confidence in our costing.

Delivery timelines continue to be reviewed and are not final. We are actively working with industry to accelerate the project in order to deliver these important ships to the RCN as soon as possible. One way this will be done is by starting construction of the simpler zones of the ship while the design work on the more complex sections continues, similar to what we have done for the Joint Support Ship.

The report also calculated the costs of selecting a new design for the CSC project. This is not an option we will be pursuing. As the PBO accurately states throughout the report, there are important differences in capabilities when comparing the cost of these three designs.

Selecting a new design at this stage in the project would lead to significant economic loss for Canada’s marine industry and those employed in it. It would have major operational impacts for the RCN, due to associated project delays and life-extension requirements, as well as increasing the costs to operate and maintain more than one class of ships in the future. 

Additionally, launching a new competitive process would not guarantee that a new design would result in a lower cost, and would certainly incur additional project management costs related to launching a new procurement process and restarting the required design work.

In addition to providing an invaluable investment into the future operational capability of the RCN, the CSC is also at the core of our Government’s commitment to revitalize Canada’s marine industry through the National Shipbuilding Strategy, which supports over 15,000 jobs per year. This project will provide significant and long-standing investments into the Canadian economy from coast to coast during construction and over decades throughout the CSC’s operational life.

The CSC is the right ship for the RCN, and will provide the best value for the military, Canada, and the Canadian economy. We remain confident that the capability and versatility of the selected CSC design will equip the RCN with the modern, capable, and effective fleet of 15 surface combatants that it will need to support operations for decades to come. We will continue ongoing work to support the start of construction in 2023/2024.

Associated Link:
The Cost of Canada’s Surface Combatants: 2021 Update and Options Analysis

=====

Déclaration du ministère de la Défense nationale concernant le rapport du directeur parlementaire du budget sur les navires de combat canadiens

Le 24 février 2021 – Ottawa (Ontario) – Défense nationale et Forces armées canadiennes

Le ministère de la Défense nationale (MDN) remercie le Bureau du directeur parlementaire du budget (DPB) pour son travail et accueille favorablement le rapport qu’il a produit sur les navires de combat canadiens. Les rapports comme celui-ci sont essentiels pour valider les coûts de nos projets, tout en soutenant notre objectif commun qui est de veiller à procurer la meilleure valeur aux Canadiens et aux Canadiennes.

Après avoir examiné le rapport, nous constatons que les grandes différences entre notre estimation des coûts et celle du DPB sont principalement attribuables au fait que le DPB inclut la taxe de vente provinciale et met un plus grand accent sur les coûts liés au poids.

Nous avons fait des recherches approfondies pour nous assurer que le modèle de Type 26 permettra à la Marine royale canadienne (MRC) de disposer des navires de guerre modernes et performants dont elle a besoin pour appuyer les opérations. Ce modèle a été choisi à la suite d’un processus d’approvisionnement concurrentiel ouvert, équitable et transparent, dans lequel la satisfaction des exigences de la MRC était un critère de sélection essentiel. Tout comme le DPB a indiqué que les autres options de conception sur lesquels il s’est penché auraient des capacités plus « limitées » et « modestes » que la conception que nous avons retenue. Ces facteurs entraveraient la capacité de la MRC de mener à bien ses rôles et ses missions qui lui sont attribués pour assurer la sécurité de la population canadienne, au pays comme à l’étranger.

Même si nous reconnaissons les différences dans nos calculs, nous sommes sûrs en notre estimation actuelle des coûts, établie entre 56 et 60 milliards de dollars (avant les taxes). Cette somme correspond bien à la valeur de ce projet, et s’appuie sur notre modèle détaillé d’établissement des coûts et nos travaux continus avec l’industrie. Alors que nous adaptons le modèle pour répondre aux besoins de la MRC, nous obtenons plus de certitude dans nos coûts, alors que nous confirmons et finalisons plus les détails relatifs aux systèmes de combat et de soutien.

Les échéanciers continuent de faire l’objet d’examens et ne sont pas définitifs. Nous travaillons activement avec l’industrie pour faire accélérer le projet dans le but de livrer ces importants navires à la MRC dès que possible. Une façon de faire cela est d’amorcer les travaux de construction sur des zones plus simples du navire, alors que les travaux de conception pour les sections plus complexes se poursuivent, semblablement à ce que nous avons fait dans le cas des navires de soutien interarmées.

Le rapport comprend également un calcul des coûts liés au choix d’un nouveau modèle pour le projet de navires de combat canadiens (NCC). Il ne s’agit pas d’une option que nous envisageons. Tout comme le mentionne correctement le DPB dans l’ensemble du rapport, il y a des différences importantes dans les capacités lorsqu’on compare les coûts de ces trois modèles.

À ce stade-ci, le fait de choisir un nouveau modèle causerait d’importantes pertes économiques à l’industrie navale du Canada et à ceux et celles qui y œuvrent. Il y aurait des répercussions importantes sur les opérations de la MRC en raison des retards dans le projet et des besoins relatifs à la prolongation de la durée de vie, et cela entraînerait une augmentation des coûts liés à l’utilisation et à l’entretien de plus d’une classe de navires dans l’avenir. En outre, le lancement d’un nouveau processus concurrentiel ne garantirait pas qu’un nouveau modèle serait retenu et que celui-ci serait d’un moindre coût. Ce processus comprendrait certainement plus de coûts liés à la gestion du projet en raison du relancement d’un nouveau processus et d’avoir à recommencer les travaux de conception requis.

En plus de constituer un précieux investissement pour la capacité opérationnelle future de la MRC, le projet de NCC joue un rôle central dans l’engagement de notre gouvernement visant à revitaliser l’industrie maritime du Canada au moyen de la Stratégie nationale de construction navale, qui soutient plus de 15 000 emplois par année. Ce projet permettra de réaliser des investissements importants et durables dans les économies canadiennes d’un océan à l’autre, et ce, tout au long de la construction et de la durée de vie opérationnelle des NCC, soit pendant des décennies.

Les NCC sont les bons navires pour la MRC, et représenteront la meilleure valeur pour les Forces, le Canada, et l’économie canadienne. Nous demeurons convaincus que la capacité et la polyvalence propres au modèle choisi pour les NCC permettront à la MRC de disposer d’une flotte de 15 navires de combat, performants et efficaces dont elle aura besoin pour appuyer les opérations pour les décennies à venir. Nous poursuivrons les travaux en cours pour soutenir le début de la construction en 2023‑2024.

___
Lien connexe :

Le coût des navires de combat canadiens : Mise à jour de 2021 et analyse des options

 

Comments